Fontaine romaine du BagnolDes Romains à Ceyreste ?

La randonnée dans le vallon de Pelengari n’est pas très longue et c’est donc l’occasion de flâner dans Ceyreste. Entre La Ciotat et collines, tout le monde a traversé ce village tranquille, mais en vérité, un tantinet secret. Il suffit par exemple, de jeter un œil sur plans ou cartes de la commune pour remarquer immédiatement d’alléchantes indications du type « oppidum », « voie romaine » ou « fontaine antique ».

Ah, voilà le décor planté ! Pourquoi diable les Romains sont-ils venus se perdre ici ? Et bien il semblerait que quelques sources en ces lieux furent connues pour leurs eaux vertueuses. Il n’en fallait pas plus pour que César y amène ses troupes éprouvées par les combats contre les Massaliotes, afin qu’elles trouvent bons soins et repos. Par ailleurs, Ceyreste (Citharista à l’époque) occupait une position stratégique. En effet, dans les replis des collines, sans être vus, on pouvait observer la mer et ainsi, se protéger des navigateurs indésirables.

 

Trois fontaines retiennent mon attention. Tout d’abord, à deux kilomètres au Nord du village, celle de la « voie romaine » (asphaltée de nos jours …). Cette fontaine est là, discrète, au début de ce chemin pentu , on passerait même devant sans la voir. A demi cachée sous les feuillages, elle a pourtant de belles dimensions et semble dignement traverser le temps, indifférente aux maisons construites tout autour, il y a quelques décennies … elle qui a une bonne vingtaine de siècles !

Fontaine du BagnolAu Sud du village, la fontaine du Bagnol a été celle qui nous a le plus marqué. Il m’a fallu beaucoup de lecture et surtout de conversations avec les habitants de Ceyreste pour comprendre où elle se trouve. « C’est sous la voie de chemin de fer » ( ???) et prenez un sécateur si vous voulez y aller ( ???). Et bien, c’était complètement vrai ! Deux jours avant la rando, Elisa et moi avons tenté de repérer un improbable passage encombré de ronces et qui, manifestement, n’avait pas été emprunté depuis des mois. Mais après 100 mètres de ce « parcours aventure », c’est la récompense. La fontaine est bien là avec son bassin, thermes romains, creusé dans le rocher. A la lueur des torches, on aperçoit une eau parfaitement limpide et, tout au fond, une petite grotte avec quelques stalactites … Quand on sait que ces derniers se développent d’un centimètre en moyenne sur cent ans, c’est donc bien plus de vingt siècles qui vous contemplent … quelle émotion ! Et puis le lieu est charmant, complètement perdu dans la végétation.

Pourtant, c’est aussi un lieu étrange qui, il y a environs 150 ans aurait pu disparaître, là exactement, sous le remblai de la ligne de chemin de fer … En effet, on remarque (on devine à travers la végétation) que la ligne est juste au-dessus de nous. Mais comment cela est-il possible ? En vérité, lors de la construction du PLM (Paris-Lyon-Marseille, ancêtre de la SNCF) en 1856, les responsables ont eu à cœur de protéger cette antique fontaine. Il faut dire qu’à l’époque l’eau était vue comme un bien infiniment précieux. Le PLM construisit donc un mur de soutènement de plus de 30 mètres de haut et de forme semi-circulaire, afin de protéger cette très belle fontaine … autre époque, autre comportement . Nous quittons à regret cet endroit chargé de l’histoire des hommes, aujourd’hui à peu près oublié de tous.

 

Maintenant, découvrons Ceyreste et faisons quelques pas dans les étroites ruelles. Le passé médiéval y a laissé quelques traces. On traverse quelques « cabarotes » Cabarote(passages sous les maisons, évoquant les traboules lyonnaises), on longe d’anciens murs d’enceintes et on remarque des portes d’accès au castrum dont les voûtes authentiques, ont été probablement construites par des compagnons peu soucieux de symétrie.

Il faut dire que la place était puissante et que le territoire était vaste. Ceyreste s’étendait jusqu’à la mer. D’ailleurs, sur les anciennes cartes marines, l’île Verte, au large de La Ciotat, s’appelait l’île de Ceyreste. Et puis, au fil du temps, les gens du bord de mer eurent des activités (liées à la mer évidemment) et des intérêts bien différents de ceux du village. C’est ainsi qu’au 15ème siècle, l’abbé Guillaume du Lac arbitra l’indépendance du bourg de La Ciotat par rapport à la ville de Ceyreste. On remarquera que les ciotadens en gardent une certaine fierté puisqu’ils ont conservé le nom de Guillaume du Lac à l’avenue qui relie les deux communes.

On apprend également que le château a été rasé. En effet, au 16ème siècle, durant la guerre des religions, il semble qu’à un certain moment les Ceyrestens ne furent pas du bon côté. Le très catholique Duc d’Epernon, gouverneur de Provence, a donc fait raser cette place forte à ses yeux bien peu catholique. Quand ont sait que ce « super préfet » dépendait d’Henry IV qui, pour accéder ou se maintenir au pouvoir à dû changer plusieurs fois de religion ….

Et puis, nous voilà à nouveau devant une fontaine romaine nommé « d’Intres » (de l’intérieur).Fontaine d'Iintres Là encore, l’eau y est transparente et toujours présente tout au long de l’année. Une très belle vasque attire nos regards. Des inscriptions romaines évoquant une famille d’Arles, semble attester de son authenticité. Elle aurait pu servir d’abreuvoir dans le château puis de fonds baptismaux dans l’église. Aujourd’hui, vasque et fontaine sont les reines d’une charmante petite place.

Et là, on se plait à imaginer l’époque où les fontaines étaient lieux de vie, lien social et prétextes aux rencontres, rassemblements et fêtes ... Mais tout cela est bien loin de notre confort quotidien. En effet, grâce à la télé, Internet et à notre consommation moyenne de 150 litres d’eau de la Durance par personne et par jour (eau coulant dans nos baignoires à domicile) et bien on peut rester chez soi, bien tranquille sans trop parler aux voisins, voilà !

Mais non, je plaisante bien sûr ! Nous on a la rando pour se rencontrer et faire la fête …. J

Merci pour votre attention et à bientôt pour de nouvelles aventures.

 

Fête à la fontaine d'Iintres

 

Alain Frébault - Conteur des sentiers   Conteur de sentier

   ... c'est quoi ?

   ... c'est qui ?


c'est un tchatcheur de quartier ... à la campagne ...

c'est un rêveur idéaliste qui nous fait partager l'émotion ressentie lorsqu'on découvre les traces que nos ancêtres ont laissé là, au détour du chemin ...

Découvrez le ici ...

Toponymie

Les noms, les lieux que nous rencontrons au cours de nos randos...

 

   Venez les découvrir  

 

Aller au haut